Aller au contenu principal

Historique

De "Education et Culture" à Education et Formation 
près de 40 ans d’expérience dans la formation de base

L'Association EDUCATION ET CULTURE est issue du Mouvement d'Education Populaire fondé en 1954 (au sein de Peuple et Culture). Elle développe, dès ses origines, des activités de promotion sociale et de formation de cadres de l'éducation populaire. C'est en 1972, à partir d'actions concrètes réalisées par ses militants au cœur des quartiers dans la grande agglomération rouennaise que fut créé un groupe d'études et de recherche/action sur la formation des adultes de bas niveau, notamment des migrants.

Ce groupe va développer des actions de formation "originales" à cette époque : l'enseignement du français est intégré dans une démarche globale prenant en compte l'ensemble des réalités culturelles, sociales, professionnelles, des personnes concernées.

En effet, la méthodologie et la pédagogie de l'apprentissage  s'appuient sur les préoccupations des "stagiaires" : logement insalubre, enfants, hygiène, racisme, chômage...Dès 1975, les premiers financements du Fonds d'Action Sociale permettent de financer des actions de quartier et dans les foyers d'hébergement des migrants.L'association propose la mise en place d'un centre de préformation à l'intention des jeunes en situation d'échec scolaire et des migrants de l'agglomération rouennaise.

En 1976, l'accroissement des demandes d'alphabétisation, d'apprentissage et de perfectionnement du français provenant des intéressés, des communes, des services sociaux, de l'inspection académique, est tel que l'association dépose un projet de centre permanent d'alphabétisation auprès des pouvoirs publics. C’est la résultante de la première crise du pétrole et de la crise économique qui en découle avec la montée du chômage.

En 1977, l'association engage un travail important d'information auprès des élus et des responsables administratifs de la région. Elle élabore plusieurs documents analysant le dispositif de formation existant sur la région, commune par commune, définissant le niveau des besoins, construisant un projet de dispositif de formation à l'intention des adultes de faible niveau de scolarisation, dispositif ayant les caractéristiques d'un véritable service public . Elle regroupe autour d'elle un Comité de Coordination pour l'expression culturelle des populations immigrées et fonde le bulletin Immigration-Information.

Dès 1978, et à partir d'une analyse des dispositifs d'apprentissage proposés à l'intention des adultes et  des jeunes, de faible niveau de qualification, l'association postule qu'il est nécessaire de mettre à disposition de tous ceux qui "n'ont pas  réussi à l'école", des montages pédagogiques s'appuyant sur le vécu des personnes, leurs besoins réels dans la vie de tous les jours, bref, de "contextualiser" fortement les apprentissages pour qu'ils soient efficaces auprès de ces publics. elle fait siens les principes fondateurs de l'andragogie qui posent une approche différente de l'enseignement à destination des adultes et des jeunes adultes.

Dans les années 1980, les financements du FAS et de l'ASSEDIC permettent de mettre en place les premiers stages intensifs d'apprentissage et de perfectionnement du Français, et Education et Culture ouvre enfin, dans ses locaux,  le Centre de Promotion sociale et de Préformation de Haute-Normandie. Le Plan Avenir Jeunes, le dispositif de formation pour les jeunes de 16 à 26 ans, la création de postes FONJEP, la création d'emplois d'initiative locale, permettent de développer nos multiples initiatives et de concrétiser certains des projets conçus et "expérimentés" depuis de nombreuses années. Le centre de formation se structure à partir des services communs mis en place à Rouen sur 4 secteurs correspondants aux 3 circonscriptions administratives de la Seine-Maritime et un secteur couvrant le territoire du département de l’Eure.

Le Groupe Interministriel de Lutte contre l'Illettrisme s'intéresse à notre travail; le" rapport au premier ministre" valorise nos actions,et les médias illustrent les décisions du gouvernement de l'époque, en présentant les activités d'Education et Culture à Rouen. 

Le 15 Juin 1984, la 2ème Journée Régionale pour agir contre l'analphabétisme et l'illettrisme en Haute-Normandie est présidée par M. GEROLAMI, Préfet de Haute-Normandie, en présence de M. FOSSE, Président du Conseil Régional de Haute-Normandie et de M. BACHELARD, Recteur d'Académie. M. Antoine LION, Mme Véronique ESPERANDIEU et M. Jean-Pierre BENICHOU (sollicitée par les P.A.I.O., les A.N.P.E., les services sociaux) interviennent à cette occasion. Plus de 400 personnes auront manifesté leur intérêt à ce problème. L'Etat et la Région se sont engagés à financer un plan d'action contre l'illettrisme en Haute-Normandie. Des projets de formations initiales sont proposés en milieu rural et urbain pour des chômeurs de longue durée au F.N.E. A l’issue de cette journée le Préfet de Haute-Normandie et le Président de la Région demandent à Michel Chourin un projet pour lutter contre l’illettrisme. Ce sera l’origine du réseau des Ateliers de Formation de Base créés dés 1985 et associant une vingtaine d’organismes de la région.

Michel CHOURIN est nommé au sein du Groupe Permanent de Lutte contre l’Illettrisme. Il sera membre de la délégation française à Confitea IV à l’UNESCO à PARIS.

En 1987 la loi fondant le RMI permet à l’association de développer tant en milieu urbain que rural des "Chantiers école d’insertion" qui avaient été préfigurés dans des cadres moins formels depuis la fin des années 1978: proposer des dispositifs de formation et d'insertion qui associent les mises en activité concrètes et les apprentissages plus formalisés. Un foisonnement d'initiatives se fait dans toute la région: regroupement d'associations, initiatives pédagogiques, projets d'actions diverses. La campagne de lutte pour une formation pour tous, adaptée aux réalités de notre monde est commencée. La sensibilisation la plus large se fait à travers notre région. Les médias commencent à s'en faire l'écho...

C'est ainsi que l'association va, au fil des années, participer au développement des territoires, au  travers de projets variés qui vont de la réhabilitation de l'habitat traditionnel brayon au développement de l'activité ostréicole, de la remise en état de locaux associatifs à l'aménagement d'espaces de loisirs urbains en fondant son action sur la valorisation des salariés "en insertion" impliqués dans les projets: les salariés exercent une activité d'utilité sociale, reconnue de tous, et, en retour, ils sont aussi valorisés par la qualité de leur réalisations au bénéfice de la collectivité.

Dans le même temps, ils abordent les apprentissages "en situation" ce qui modifie totalement leur approche des savoirs, et ils sont accompagnés dans la résolution des difficultés sociales qu'ils peuvent rencontrer.

Du fait du développement important des activités de formation, au sein d'Education et Culture, l’association décide en 1987 de créer une nouvelle association pour mener à bien le projet « droit à l’éducation pour tous tout au long de la vie » et permettre à Education et Culture de poursuivre ses autres activités: c'est la naissance d'Education et Formation, dans le cadre d’un transfert partiel d’actif.

Au fil des années,  l’association a poursuivi et diversifié  son intervention dans les domaines de la formation de base, des formations linguistiques, des formations générales, d’orientation professionnelle, de préparation à l’emploi et de qualification de niveau V.  

Elle s'est également engagée dans un certain nombre de  Programmes européens : participation à plusieurs actions transnationales permettant d’approfondir certaines pratiques, de réfléchir, d’innover et d’expérimenter de nouvelles stratégies et pratiques. En lien avec un organisme espagnol (FACEPA), nous avons développé les actions suivantes : MEPA, MEDA, TROBADA, INTEFRA, CONFACEPA, INTERREG II, … Participation à la mise en œuvre du programme EQUAL dont l’objectif est de promouvoir les pratiques nouvelles de lutte contre les discriminations et les inégalités de toute nature, en relation avec le marché du travail... Programme d’échanges franco-allemands IKAB.